dimanche 7 septembre 2014

Un web responsable ?



Ce soir, je vais rester dans le monde réel et dans une actualité qui me fait réfléchir (et qui m'indigne aussi).

Vous en avez sûrement entendu parler ces derniers jours (dans la presse, sur le web, et peut-être même à la télé) ; un certain nombre de célébrités ont vu des photos d'elles dans leur plus simple appareil se répandre sur la toile, et ce, contre leur volonté.

J'ai fait le choix de ne pas regarder ces images, mais j'ai tout de même lu un bons nombres de choses plus ou moins aberrantes (selon mon point de vue), et je ne peux m'empêcher de me questionner sur la responsabilité des uns et des autres (victimes, hackers, sites, internautes lambda).

Il va sans dire que le discours qui consiste à faire culpabiliser les victimes de ce hack me hérisse le poil. Certes, si l'on ne veut pas retrouver des photos intimes de nous sur la toile, le mieux à faire reste de ne pas les stocker sur un serveur en ligne. Même en utilisant des services dits sécurisés, le risque 0 n'existe pas sur le web, tout le monde le sait (ou plutôt, il faudrait que tout le monde y soit sensibilisé). Moi, j'irai plus loin en disant que le mieux, c'est de ne pas prendre de photo du tout. Mais bon, c'est un point de vue, et finalement, chacun fait ce qu'il veut dans la mesure où ça ne fait de mal à personne.

Dans l'histoire, il me semble bien que les "victimes" n'aient commis aucun mal, et que les seuls fautifs sont ceux qui ont volé les photos sur des serveurs privés, dans le but de les rendre public. Ce sont bien eux les coupables. Y a même pas à discuter.

Après, une fois que le mal est fait (à savoir : les photos sont diffusées sur la toile), qu'en est-il des sites et internautes lambda ?

Pour le moment, le web est une zone de non droit, simplement par le fait qu'aucune législation mondiale n'encadre cet outil. D'un pays à l'autre la loi peut changer, et ce qui peut être interdit dans un coin du monde, sera autorisé à l'autre bout, et au final, si on cherche, on trouve tout sur internet.

Pour moi se pose donc la question du choix moral des sites et des internautes.

Il y a eu préjudice concernant des photos volées et celles-ci sont à la portée de tous. J'entends beaucoup dire : "oui mais ce n'est pas moi qui les ai publiées, elles étaient déjà sur le web". Certes. Est-ce que pour autant, cela nous "oblige" à (re)publier, ou encore à regarder ce contenu ? Je pense que non, et je pense que nous sommes responsables de nos actes : faire suivre un lien, ou cliquer sur un article pour en lire le contenu. Cela ne relève que de notre simple choix.

Plus haut, j'ai dit avoir fait le choix de ne pas regarder ces photos. Elles ont été volées, et j'estime que les regarder contribue au mal qui est fait aux victimes. On m'a alors sorti l'argument de la curiosité : "oui, mais si elles te sont proposées, tu seras forcément tenté de regarder, ne serait-ce que par curiosité". Encore une fois : certes. Mais est-ce que notre curiosité doit se placer au-dessus de notre sens moral, de nos principes, et du respect de l'autre ? Je pense encore une fois que non.

Ce que j'aimerais voir dans les années à venir : une véritable conscience qu'internet ne doit pas être au-dessus des lois, et que nous restons responsables de ce que nous faisons ne serait-ce parce que nous avons le choix.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire