dimanche 4 janvier 2015

Assassin verso


Aujourd'hui les cieux exprimaient leur colère d'une noirceur que je ne leur avais encore jamais connu. Les hommes s'agitaient sur le pont, mais que sommes-nous face à mère nature ?

Un éclair zébra le ciel et quelques instants plus tard le roulement de tonnerre couvrit les ordres de mon second. L'océan se déchaîna un peu plus, nous emportant dans le creux de ses vagues impitoyables.

Puis la pluie arriva. Elle s'abattit sur nous comme un rideau tranchant et les nuages s'assombrirent encore un peu plus. Je ne pus m'empêcher de penser que les cieux pleuraient d'une encre noire qui signerait notre fin.

Jour 341 - Année 25
Tamine l'Insoumise

Et bonne année à ceux qui passeront par ici !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire